Mar09262017

Last update11:22:10 AM

Font Size

Profile

Direction

Menu Style

Cpanel
Back Vous êtes ici : Accueil Thématiques Themes Transports, Déplacements Ecomobilité

Transports, Déplacements

Ecomobilité

Je voudrais tout d'abord remercier les participants au groupe de travail, nous avons tenu 9 réunions. Merci de leur implication et apports.

Au cours de ces réunions, nous avons fait le bilan de la politique modes doux de la région. Je rappelle que la politique régionale modes doux, que nous avons renommé très vite en Ecomobilité, a été adoptée en assemblée plénière en janvier 2006.

Il s'agit d'une politique multi-thématique toujours inédite parmi les Régions. En effet celles ci disposent généralement de politiques de développement du vélo ou des plans de déplacement d'entreprises.

Elle s'articule autour de deux axes principaux :

- le soutien aux pratiques de mobilité douce : vélo, autopartage, covoiturage, agence de mobilité, PDE, PDIES, le challenge annuel au travail j'y vais autrement, etc.. ;

- le développement de technologies et de services innovants.

- Sa finalité est d'imaginer et de développer des solutions innovantes pour répondre à des besoins nouveaux de mobilité et à ceux ne pouvant être satisfaits par les offres traditionnelles de transport.

Le nombre de projets accompagnés est en constante progression depuis 2006.

Au total, fin décembre 2012, 300 projets portés par des collectivités ou des associations auront été accompagnés par la Région (dont 66 projets FEDER) et de 2006 à fin décembre 2012, un total de 6,5 M€ de crédits régionaux et 5,5 M€ de crédits FEDER ont été engagés dans le cadre de la politique «Ecomobilité».

Le groupe de travail a voulu aussi dans sa réflexion associer les acteurs des territoires. Ont ainsi été auditionné l'agence Ecomobilité de Chambéry-Métropole et son regretté directeur Gilles Boisvert disparu trop tôt, le parc naturel du Pilat, la SCIC Alpes Autopartage sans oublier de manière transverse, la D P Territoriales, la D Lycées, etc....

Les travaux du groupe ont été présenté à deux reprises à la commission transports et bien sûr tenu informé la VP et le bureau de la commission.

Je voudrais aussi à ce moment, remercier très chaleureusement les services de la région surtout celui de l'écomobilité, en particulier, Anne Cambon. D'ailleurs, nous avons été confortés, en travaillant avec les autres acteurs sur les territoires, du fait que leur professionnalisme était largement reconnu.

Ces travaux de notre groupe de travail ont permis de vérifier que la politique Ecomobilité est une politique dynamique de plus en plus sollicitée. Elle assure un rôle d'incubateur en permettant de mêler les compétences et les idées et d'aboutir à la création de nouveaux services et outils.

Les préoccupations qui ont fondé la politique « écomobilité » initiale demeurent. Tout d'abord, le fait que la politique écomobilité est partie intégrante du transport régional de voyageur, que c'est est une vraie politique régionale et qu'elle ne doit pas seulement être vu sous le prisme du dépenser moins.

Ces préoccupations sont :

- écologiques en raison de la prédominance des modes de transport polluants et générateurs de gaz à effet de serre ;

- énergétiques en raison de la raréfaction et du renchérissement des énergies fossiles ;

- spatiales et/ou paysagères liées à la consommation d'espace ;

- économiques liées à la congestion des réseaux ;

- sociales et financières liées aux différences d'aptitude et de besoins des personnes pour se déplacer.

Et aussi en veillant au respect de l'équité entre les territoires et les publics, en partenariat avec les autres collectivités.

Je rajouterais à cela l'aspect santé, en effet, par exemple faire 30 mn de sport par jour pour chaque citoyen, cela diminue le budget de la sécu de 40 milliards d'€uros et prolonge l'espérance de vie, chiffre issus d'un rapport de l'ORS Ile de France dont une des représentantes devrait être dans le public. A Strasbourg, les médecins prescrivent sur ordonnance une demi-heure de sport avec par exemple une location de vélo gratuite. En Suisse, c'est le ministère de la santé qui finance les PDE ou les PDIES. Ce sont là des pistes à explorer dans l'appel à projets.

Bref, la délibération proposée nous laisse un goût d'incomplétude.... comme dirait Maximilien... non, c'est plutôt Ségolène..

Pour cela, nous avons proposé un nombre certains d'amendements sur l'encouragement à l'innovation par le soutien à des modes de transport innovants. La proposition du groupe était justement d'élargir la vision de l'innovation, la créativité en ne se limitant pas à de la technologie (transports par câble, vélo pliants ou bateau électrique) mais aussi de la gestion comme le modèle économique des vélostations ou même des filières à inventer autour de la production, de l'entretien de vélos à assistance électrique Rhône-Alpes.

Nous souhaitons aussi renforcer et diffuser, la politique régionale sur l'écomobilité mettre en réseau les acteurs, c'est pour cela qu'il est important d'accompagner ces structures. Cela fait l'objet d'un autre amendement.

Nous devons encore mieux apprendre à travailler de manière transverse et cette politique nous y incite fortement, l'emploi et la formation avec la mobilité qui favorise l'accès à l'emploi, la formation. Les PDES, avec les lycées et nos représentants qui devraient être porteur de cette politique. Vélo Voies Vertes – Via Rhona avec le tourisme et la politique globale transport pas uniquement le TER.

Je ne voudrais pas être plus long mais le travail conséquent fait par le groupe de travail doit être poursuivi autour des vélostations, de leur financement, et bien d'autres sujets, l'évaluation de notre politique pour ne pas attendre 6 ans. C'est pour cela qu'il nous semble primordial de garder ce groupe et son pilotage en y associant tous ceux et celles qui nous représentent dans les différentes institutions, comités de pilotages, structures où il est débattu des questions d'écomobilité et de travailler en lien avec le groupe TER.

Vous l'avez compris, M , le président, nous souhaitons que la région Rhône-Alpes soit encore et toujours pionnière sur cette politique, soyons innovants, entreprenant y compris financièrement et le groupe Font de Gauche y contribuera.

Comme l'a écrit, Maximilien de Robespierre au moment où il s'écroule, lançons un appel à l'insurrection. Je vous rassure et comme diraient certains, nous n'en sommes pas, tenant compte du contexte économique mais surtout pour rester dans le cadre de ce débat, ce sera contre la toute puissante automobile !


Antoine Fatiga - Politique régionale de soutien... par Frontdegauche-Rhonealpes