Mar09262017

Last update11:22:10 AM

Font Size

Profile

Direction

Menu Style

Cpanel
Back Vous êtes ici : Accueil Thématiques Themes Développement éco, Emploi, ESS, innovation sociale Crolles 2017 Explication de vote

Développement éco, Emploi, ESS, innovation sociale

Crolles 2017 Explication de vote

Nous allons donc donner 25 millions d'Euro afin d'assurer de la R&D nous dit-on en matière de développement de « système sur puce » dit nanoéectronique.

Outre que c'est ce que l'on nous dit et non ce que l'on vote. Dans le gras de la délibération, valant seule comme décision, il est écrit : « Participation de la Région au projet Crolles 2017 ».

Outre que c'est un type de production qui n'est ps neutre et que le CEA n'assure aucune transparence, aucun éclairage éthique, il faut être juste dans notre argumentation.

On ne peut ignorer que d'une part les brevets qui découleront de la mobilisation d'argent public et que l'objectif in fine est de doubler les capacités de production de l'usine de Crolles. De fait les profits de ST augmenteront de ce fait. Non ? Et ce sans aucun retour.

On participe de la privatisation de l'argent public quand on nous dit qu'il en manque tant. Ainsi sur le site de CGT, on peut lire : « avec ce type de dispositifs on les laisse libres de mener des politiques contraires au but recherché, en faisant la part belle aux intérêts privés. »

Je disais à l'instant, « sans aucun retour ». ST Electronic va bien, 8,49 milliards de dollars de chiffres d'affaire, 830 millions de résultat net. Il s'agit d'une entreprise de droit hollandais, d'origine française et italienne dont le siège est en Suisse. Sans doute est-ce un hasard ...

Comme tout groupe qui va bien, il se sépare des secteurs les plus exposés à la concurrence afin de dégager le plus de bénéfices possibles sur des secteurs plus pointus grâce à la ... R&D.... Ainsi actuellement 17000 emplois sont supprimés. Je ne peux imaginer que cela nous laisse indifférents. Etant entendu que cela ne sont pas 25 millions d'Euro qui pèsent sur la stratégie de ce type  d'entreprise mais la recherche maximum de profits.

Enfin quelle convention ? Quels engagements réciproques ? Fondés sur quel rapport de force ? Etant entendu encore une fois que le montant de notre contribution paraît bien faible à l'échelle de cette entreprise, pour imposer quoi que ce soit. Dans la continuité de cela dans le cadre de nano2012, 660 emplois devaient être créés, 120 seulement l'ont été et à quel coût! D'ailleurs les syndicats n'ont été en rien associés à la future convention, si un jour elle existe. Is ne disposent d'aucun document écrit.

Nous ne sommes pas indifférents à une stratégie industrielle publique qui viserait à re-localiser la production appuyée sur un pôle publique bancaire, préoccupée de l'utilité sociale de la production, des conditions environnementales et sociales de celle-ci. Pas sûre que les Régions aient d'ailleurs un rôle majeur à y jouer, mais on aurait aimé voir cette préoccupation gouvernementale et européenne pour la sidérurgie de Florange.

Entre nous sans métal, pas de puce !

Voilà toutes les raisons pour lesquelles Armand Creus, Corinne Morel Darleux et moi même voteront contre ce rapport.

Elisa Martin

co présidente du groupe du Front de Gauche Région Rhône Alpes