Jeu11232017

Last update11:22:10 AM

Font Size

Profile

Direction

Menu Style

Cpanel
Back Vous êtes ici : Accueil Actualités Actu Enjeux et Débats DES JEUNES « ARMANDO CURRI » ET DES « LASSANA BATHILY », IL Y EN A DES CENTAINES DE CAS PAR AN !

DES JEUNES « ARMANDO CURRI » ET DES « LASSANA BATHILY », IL Y EN A DES CENTAINES DE CAS PAR AN !

Après Lassana Bathily, jeune sans-papier Malien de 24 ans, devenu héros de la nation après avoir sauvé les otages de l'épicerie casher parisienne, lors de l'attaque meurtrière du 09 janvier dernier ; c'est au tour d'Armando Curri, jeune sans-papier Albanais de 19 ans de faire les gros titres de la presse. Et pour cause, ce jeune, élu meilleur apprenti menuisier a bien failli ne pas être reçu au Sénat à cause de sa situation. La mobilisation qui s'en est suivie, comme celle qui avait demandé la régularisation de Lassana a porté ses fruits et nous estimons que cela est bien légitime.

Mais des « Lassana » et des « Curri » en puissance, il y en a des dizaines de cas dans les lycées rhônalpins et des centaines, à l'échelle nationale !

Pourtant ces jeunes sont bien souvent empêchés de poursuivre leur scolarité, se retrouvent dans des centres de rétentions ou même à la rue, comme c'est le cas aujourd'hui de deux jeunes du lycée Flesselles dans le quatrième arrondissement de Lyon.

Et tout ça se passe sous un gouvernement qui se dit de gauche mais qui n'est capable que de glorifier quelques parcours jugés exceptionnels sous les ors de la République. Une république dont ils semblent avoir oublié que les valeurs ne consistent pas à accueillir seuls les plus méritants mais bien de donner leur chance à ces jeunes plutôt que de les traquer !

Depuis 2011, le groupe Front de Gauche bataille pour que la délibération de soutien aux jeunes lycéens et apprentis qu'il a fait adopter par la Région Rhône-Alpes trouve des applications concrètes. En dehors de la mobilisation de trop rares élus de gauche, nous rencontrons trop d'embuches. Nous souhaitons que certains engagements pris dans la délibération du conseil régionale de juillet 2011 soient respectés. Car sans le travail des associations et la mobilisation des enseignants, nombreux jeunes n'auraient pu aller jusqu'au bout de leur parcours scolaire et obtenir leurs diplômes.

Ces jeunes ont souvent des parcours exemplaires mais là n'est pas la question. Notre République se doit de les accueillir et de permettre une égalité des chances.

Nous ne sommes donc pas surpris que des profils exemplaires s'illustrent parmi ces jeunes car ils doivent faire leurs preuves en permanence et dix fois plus que les autres.

Ce qui est surprenant, c'est la façon dont on passe du statut de paria à celui de héros dans ce pays...

Pourtant les circonstances dans lesquelles ils évoluent font qu'ils ont une conscience particulièrement aigue de la citoyenneté et des valeurs de la République.

Il est temps que l'imaginaire de peur et de rejet se confronte davantage à la réalité de ces jeunes.

Il est temps que le gouvernement prenne ses responsabilités et cesse l'hypocrisie sur ce sujet.